Dossenheim sur Zinsel

Photo Daniel HAEFFNER

Dossenheim sur Zinsel se blottit au pied des Vosges du Nord dans un bel écrin de verdure, à la sortie de la Vallée de la Zinsel du Sud. Le village compte 1 120 habitants dont 2/3 sont de confession protestante et 1/3  de confession catholique.

La Réforme fut introduite dès 1524 et le simultaneum en 1692. Celui-ci est encore effectif de nos jours.

L’église possède un chœur gothique du XIVe siècle. Quant à sa nef et à son clocher néo-roman, ils datent respectivement de 1804 et 1906.

Cet édifice religieux s’élève au cœur du Refuge fortifié, lieu de Paix et d’Asile médiéval, site unique en France, délimité par une enceinte de 1,50 m d’épaisseur, datant de la fin du XIIIe siècle – début XIVe siècle qui abritait, au Moyen-Age, les villageois en cas de conflit. L’ancien clocher d’avant 1906, possédait une salle voûtée où étaient stockées poudre et armes à feu. Des historiens avancent l’hypothèse que cet ancien clocher aurait pu être un donjon.

« Haut de 18 pieds et épais de 3, garni de créneaux, les bâtiments à l’entour à la hauteur dudit mur, desquels bâtiments on tire à couvert… » …constitués de cellules d’habitat-refuge dans lesquelles les paysans conservaient en permanence leurs maigres réserves et dans lesquelles ils s’entassaient pendant les périodes troubles en emmenant tout ce qu’ils pouvaient : outils, tissus, victuailles …

Photo d’une aquarelle peinte par Christophe CARMONA

 Unique vestige de cette époque connu à ce jour (dans un tel état de conservation), le Refuge fortifié de Dossenheim est le témoin des évènements tragiques allant des guerres féodales à la Guerre de Trente Ans, en passant par les invasions des Armagnacs, la terrible répression de la Guerre des Paysans en 1525 ainsi que les pillages et dévastations !

Unique en France, rare en Europe !

A partir de la découverte d’un escalier enfoui dans le sous-sol d’une maison en travaux, les archéologues ont mis en évidence que, contre l’épais mur d’enceinte en moellons de grès qui encerclait la Cour de l’église, s’adossaient de petites unités d’habitation, de forme trapézoïdale, appelées cellules (cellaria ou gaden dans le langage spécialisé) constituées de deux niveaux.

Grâce à la datation des pierres et des méthodes d’assemblage, les professionnels en déduisent que l’édifice date de la fin du XIIIe siècle, voire début du XIVe siècle. Ils affirment aussi que ces habitations n’étaient pas habitées en permanence, donc utilisées uniquement en cas de danger dans le village.

Au Moyen-âge, les guerres féodales sont nombreuses, presque quotidiennes. Mais batailles et sièges sont rares : les opérations se limitent le plus souvent aux incursions sur la terre de l’ennemi, on vole le bétail, on pille ou on incendie. La Communauté villageoise de Dossenheim investit l’enclos ecclésial fortifié : le Kirchhof (cour de l’église ou cimetière): un épais rempart (1,50 m en moyenne) d’une hauteur de 4,50 m à 6,00 m, d’une longueur de 48 mètres, précédé d’un fossé sec. C’est contre ce mur que s’appuient les petites constructions où chaque famille peut se réfugier dans une cellule. Au sous-sol ils entreposaient biens et denrées : coffres à grains, tonneaux de vin et l’habituel saloir pour conserver la viande. Ils résidaient à l’étage en prenant avec eux tout ce qu’ils pouvaient transporter (outils, textiles, laine et chanvre en vrac, literie et poules) !!!

L’accès au refuge se faisait par une tour-porte où étaient déposées les armes. Un chemin de ronde ceinturait l’ensemble défensif, le long du rempart. Couvert et garni de créneaux, il abritait les hommes de garde chargés de la surveillance des environs et de la défense du lieu. Mais cela n’a pas empêché que le Refuge soit pris d’assaut plusieurs fois, notamment en 1439 et en 1525.

Dès le XVIe siècle, le cimetière fortifié sera habité en permanence ; des textes laissent entendre qu’à partir de 1622, pendant la Guerre de Trente Ans, les habitants du village se réfugièrent au château du Herrenstein.

Au XVIIIe siècle les transformations des habitations firent apparaître les façades actuelles des maisons, et on construisit aussi à l’extérieur du rempart, après avoir comblé le fossé, des maisons s’adossant contre le mur.

Les premières démolitions de maisons et du mur d’enceinte eurent lieu au XXe siècle.

Ce genre de fortification était, semble-t-il, courante au Moyen-âge ; en Alsace, il y en aurait aussi eu à Steinbourg, à Balbronn, à Dangolsheim, …. Cependant le site de Dossenheim est le seul de cette époque qui soit conservé et aménagé : il est unique en France et rare en Europe.

Daniel HAEFFNER

Article en grande partie paru dans S'Krutbladdel

Pour en savoir plus, venez visiter le musée du refuge fortifié. Il est ouvert les dimanches de Mars à Octobre.

Adresse : 80 cour de l’Eglise 67330 Dossenheim sur Zinsel

Plus d’informations sur la page facebook du musée à cette adresse: https://www.facebook.com/pages/Refuge-fortifi%C3%A9-de-Dossenheim-sur-Zinsel/267380350085656